K comme Kiproko

Le Kiproko est une boite de nuit qui a connu son heure de gloire éphémère dans les années 1980. En effet, elle proposait déjà des gogo danseurs, ce qui était révolutionnaire pour l’époque.

En 1969, le fonds de commerce de la Villa Sébastopol est revendu à M Demesens qui le revend ensuite en 1971 à Bertrand Philippe et Tony Gomez. Ceux-ci, associés à Guy Pajon (fils de Roger Pajon, ancien exploitant de la Villa Sébastopol ) obtiennent le changement d’activité pour en faire une boite de nuit : Le Kiproko.

Le Kiproko est partiellement détruit en 1982. Sortant de prison pour avoir tiré au fusil à grenaille à l’entrée de la boite de nuit (ce qui a causé la fermeture administrative du lieu), Xavier Philippe (le frère de Bertrand) y met volontairement le feu.

Le Kiproko après l’incendie de 1982. © La République du Centre

Il récidivera en 1986 avec sa discothèque La Péniche, située sur les quais de Loire.

La Péniche au lendemain du 25 août 1986. © La République du Centre

Louis Petit, qui était toujours propriétaire de la villa, décide de ne pas reconstruire sur les cendres du Kiproko et vend la propriété à la société de crédit immobilier La Ruche qui construira des logements HLM, toujours en place en 2019.

Références :

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.